Navly circule à Lyon Confluence

La navette autonome de Navy à Lyon Confluence

C’est sans doute le mode de transport d’avenir pour la desserte du dernier kilomètre. La navette électrique entièrement autonome Arma, fabriquée par Navya, est l’objet de toutes les convoitises…

-A +AImprimer

 

La métropole lyonnaise a été la première en France à l’inaugurer en grande pompe le 2 septembre pour la desserte du quartier d’affaires de Confluence. Son petit nom, Navly, est aussi celui de la société commune créée tout spécialement à 50 – 50 par la start-up lyonnaise et l’exploitant du réseau des transports collectifs de l’agglomération, Keolis Lyon.

Mais plus largement, le groupe Keolis s’intéresse fortement à cette technologie d’avenir. « Nous avons signé un pacte stratégique avec Navya en mars dernier pour réunir les deux morceaux du puzzle : eux produisent, nous exploitons, rappelle Jean-Pierre Farandou, le président de Keolis. Notre stratégie est d’être présent à la naissance d’un mouvement très important, car nous avons l’intuition que ce mode de transport innovant rentrera dans la palette des transports collectifs. »

L’idée, c’est bien sûr à terme de proposer des dessertes du dernier kilomètres avec ces petits véhicules de 15 places lors des réponses aux appels d’offres. Mais pour cela, il faut naturellement que l’expérimentation grandeur nature lancée à Lyon sur 1,3 km et 5 stations où Navly avec ses deux véhicules devrait transporter quelque 100 000 personnes dans l’année, se déroule bien. « L’objectif de l’expérimentation est triple : confirmer la fiabilité du système sur une longue période, tester les réactions des voyageurs et préciser les étapes suivantes avec le Sytral », assure Pascal Jacquesson, DG de Keolis Lyon et président de Navly.

En tout cas, il y a bel et bien un rôle d’exploitant à jouer. « A Lyon, la navette qui est à proximité d’une ligne de tram, est exploitée en synergie complète avec le réseau TCL, explique Laurent Kocher, directeur exécutif Marketing, innovation et services de Keolis. Et quand on voit les questions pratiques, d’insertion dans le milieu urbain, avec des questions comme faut-il un marquage au sol ? Doit-on la rendre moins silencieuses etc ? On voit bien qu’il y a vraiment un rôle d’opérateur. »

Le sytème de supervision depuis le PC de ce qui se passe à l’intérieur comme à l’extérieur de la navette fait également partie des choses qui ont séduit le groupe Keolis. « Leur logique est celle d’un système qu’on opère, continue-t-il. Pas celle d’un service lâché dans la nature ! »

Et surtout il y a déjà dans les tuyaux pas moins d’une dizaine de projets dans le monde, en discussion à des stades plus ou moins avancés. « Dans le cadre de notre partenariat préférentiel, nous regardons partout où nous sommes présents s’il y a moyen de proposer une offre, on se parle, on décide si on y va ensemble… même si nous n’avons pas pris de participation dans Navya, », poursuit Laurent Kocher.

Les dix sites en projet présentent des configurations assez variées, de ville, de site… Mais prouvent que la navette électrique autonome « répond à une vraie demande ». Le Moyen Orient notamment se montrerait très intéressé. Navya plancherait pour cette zone sur un nouveau modèle... climatisé !

cecile.nangeroni@laviedurail.com