La qualité de l'air mesurée dans les gares souterraines

La SNCF a annoncé en janvier avoir signé un partenariat avec Airparif afin d’évaluer la qualité de l’air dans les enceintes ferroviaires souterraines. La surveillance sera assurée par Airparif et l’Agence d’essai ferroviaire (AEF, laboratoire d’entreprise de SNCF). « Ce partenariat s’inscrit dans le cadre du plan national Qualité de l’air intérieur et d’une volonté de SNCF et du Stif de connaître et réduire les concentrations en particules observées », explique la SNCF.

Une campagne de mesures a ainsi été engagée depuis septembre 2016, pour une durée de deux ans, dans 25 gares souterraines du réseau Transilien (sur un total de 387 gares). « L’étude porte principalement sur les polluants spécifiques des enceintes ferroviaires souterraines, c’est-à-dire les particules et les composés métalliques émis par l’exploitation ferroviaire », indique la SNCF. Ceux-ci peuvent atteindre des niveaux élevés.
Deux gares vont servir de référence grâce à deux stations fixes : l’une à Saint-Michel-Notre-Dame, sur le quai du RER C, l’autre à Magenta, sur le quai du RER E, équipée par l’AEF. Les résultats seront publiés au fur et à mesure sur le site de la SNCF.

0 personne a trouvé cela intéressant
-A +AImprimer

Publier un nouveau commentaire